En Amérique latine, les personnes déracinées reçoivent le vaccin contre le Covid-19

L'Amérique latine est l'une des régions les plus durement frappées par le coronavirus. Mais aujourd'hui, dans des pays comme le Guyana, l'Équateur et le Pérou, les réfugiés comptant parmi les groupes prioritaires reçoivent également le vaccin.

Un flacon du vaccin Covid-19 de Pfizer-BioNTech photographié sur un site de vaccination.
© Soeren Stache/Pool via REUTERS

Compte tenu de son âge et après une opération chirurgicale vitale, Edgar Ramírez, un Vénézuélien de 75 ans, serait particulièrement exposé s'il contractait le Covid-19.


Au Venezuela, Edgar a été victime d'un accident qui l'empêche aujourd’hui de marcher et qui a nécessité une intervention chirurgicale alors indisponible dans son pays, où des pénuries généralisées de nourriture et de médicaments, une inflation galopante et la violence ont contraint des millions de personnes à fuir ces dernières années. Edgar s'est donc rendu en bateau au Guyana voisin pour y subir son opération et où il était en convalescence lorsque la pandémie de coronavirus a frappé l'Amérique latine.

Pendant des mois et comme beaucoup d’entre nous à travers le monde, il a craint de contracter ce virus potentiellement mortel. En mars dernier, il est devenu l'un des premiers Vénézuéliens au Guyana à recevoir le vaccin contre le Covid-19, dans le cadre d'un déploiement progressif pour les groupes prioritaires.

« Il est important que tout le monde puisse être vacciné », a déclaré Edgar, qui fait partie des quelque 23 000 Vénézuéliens vivant actuellement dans le pays. « C'est formidable que le Guyana nous ait accordé [aux réfugiés et migrants vénézuéliens] l'accès au vaccin. Je leur en suis très reconnaissant. »

Avec plus de 12 000 cas de Covid et plus de 290 décès à la fin avril, cette petite nation peu peuplée de la côte nord du continent a lutté pour enrayer la propagation du virus. Le gouvernement a d'abord décidé d'inclure toutes les personnes âgées de plus de 60 ans dans son programme de vaccination, puis a étendu l'éligibilité à toutes les personnes âgées de plus de 18 ans, quel que soit leur statut migratoire.

« Il est important de vacciner tout le monde...Je leur en suis très reconnaissant. »

Abritant cinq des 15 pays du monde avec le plus grand nombre de décès dus à la pandémie de Covid-19, l'Amérique latine et les Caraïbes sont parmi les régions les plus durement touchées par la pandémie en cours, qui a également déclenché la faillite économique et un chômage généralisé. Selon les experts, il est crucial que les programmes nationaux de vaccination incluent le plus grand nombre possible de personnes. Outre le Guyana, la plupart des pays de la région ont inclus les réfugiés et les déplacés internes dans leurs programmes de vaccination, mais des difficultés subsistent dans certains pays pour les demandeurs d'asile et les personnes sans statut migratoire régulier. Le HCR, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, travaille auprès des personnes déracinées dans toute la région pour les sensibiliser aux campagnes nationales de vaccination et aider les personnes éligibles à s'inscrire pour recevoir le vaccin.

Au Guyana, des personnes déplacées et des nationaux font la queue pour recevoir le vaccin contre le Covid-19.

Au Guyana, des personnes déplacées et des nationaux font la queue pour recevoir le vaccin contre le Covid-19.   © HCR/Katherine Aguero

En Equateur, le vaccin a grandement soulagé Javier Moya, un employé d'hôpital vénézuélien de 42 ans, après plus d'un an de travail dans un service de lutte contre le Covid-19.

Javier était vendeur de matériel médical avant de fuir le Venezuela en 2017. Il a enchaîné les emplois précaires dans la capitale équatorienne, Quito, avant d’être embauché en tant qu’aide-soignant dans un hôpital local. Au début de la pandémie, lorsque le service où il travaillait a été transformé en unité de lutte contre le Covid-19, Javier a paniqué à l'idée que, s'il était infecté, il pourrait transmettre le virus à sa femme, ses filles et son petit-fils en bas âge.

« Quand ils nous ont dit que nous, les assistants, devions travailler à l'intérieur du service, cela a été un choc, car nous avions vraiment peur du virus », se souvient Javier, ajoutant que « le premier jour a été absolument terrifiant ».

« Je me sens beaucoup plus en sécurité...Tout le monde devrait se faire vacciner, quelle que soit sa nationalité. »

Javier a suivi scrupuleusement les protocoles de sécurité, se lavant les mains de manière obsessionnelle et portant une combinaison à chaque fois qu'il entre dans le service et se douchant lorsqu'il en sort. Il n'a pas encore contracté le coronavirus. Pourtant, lorsqu'il a reçu un appel lui indiquant qu'en tant que travailleur médical de première ligne, il pouvait recevoir le vaccin, il a saisi immédiatement sa chance.

« J'étais en train de faire des courses et je me suis précipité à l'hôpital » pour recevoir sa première dose, dit-il. Maintenant qu'il est complètement vacciné, Javier dit que l'immunisation « c’est une tranquillité d'esprit assurée ».

« Je me sens davantage en sécurité, même s'il faut continuer à prendre des mesures préventives, comme éviter les endroits bondés et continuer à porter son masque », a-t-il dit, ajoutant qu'il espérait que les autres membres de sa famille seraient également vaccinés prochainement. « Il est important de vacciner tout le monde, quelle que soit sa nationalité. C'est absolument essentiel. »

Les médecins et autres personnels médicaux de première ligne nés au Venezuela, ainsi que les réfugiés âgés, font également partie des groupes prioritaires pour recevoir le vaccin au Pérou. Gladys Farfán travaille en tant que médecin dans un hôpital de la ville frontalière amazonienne de Madre de Dios, a reçu les deux doses du vaccin en février et mars derniers.

« Tous les jours, je vois des gens mourir, jeunes et vieux. C'est psychologiquement épuisant », a déclaré Gladys, qui a dû quitter sa ville natale de Ciudad Guyana, dans le nord du Venezuela, pour rechercher une chimiothérapie pour sa mère, car le traitement n'était plus disponible dans son pays. A son arrivée, la réglementation péruvienne l'empêchait de travailler en tant que médecin. Elle a donc trouvé un emploi dans le commerce de détail, puis dans une pharmacie, et elle a consacré tous ses revenus à la chimiothérapie de sa mère qui, malgré le traitement, a succombé à son cancer. 

La pandémie a généré une opportunité inattendue pour Gladys, avec la décision du gouvernement péruvien d'autoriser les médecins vénézuéliens à contourner temporairement la validation de l'université de médecine du pays, afin de renforcer en urgence les effectifs  du personnel médical. 

« Les médecins travaillent plus de 190 heures par mois, et nous ne pouvons toujours pas répondre aux besoins », a déclaré Gladys, ajoutant que le fait de se faire vacciner lui a permis d’assurer encore mieux son travail. « J’ai regagné confiance en moi et, surtout, je me sens plus proche de mes patients. »

« Je peux assurer les soins qu'ils méritent, avec davantage d'affection et de soutien, ce qui est essentiel pour le chemin vers le rétablissement », a déclaré Gladys, qui économise pour enfin faire venir au Pérou ses enfants, car ils étaient restés au Venezuela. « Grâce au vaccin, je retrouve espoir car je peux continuer à réaliser mon rêve d'aider autrui. »