Fonds interagences pour la sensibilisation communautaire et la communication sur la PEAS

L’ONG Associazione Italiana Amici de Raoul Follereau (AIFO) et des membres de la communauté discutent de la manière de signaler les cas d’EAS, Mozambique. © UNHCR

Le fonds

Le fonds vise à soutenir le travail essentiel réalisé au quotidien par les Organisations non gouvernementales (ONG) pour veiller à ce que les réfugiés soient pleinement conscients du fait que l’aide humanitaire n’est jamais subordonnée à des transactions ou échanges de quelque nature que ce soit, et pour prévenir les situations d’exploitation et d’abus sexuels. Le fonds investit également dans les efforts déployés par les communautés pour veiller à ce que les réfugiés victimes/survivants sachent où et comment signaler les cas d’EAS en toute sécurité, ce qui est essentiel pour répondre à ces abus inacceptables de manière rapide et en donnant la priorité à la victime.

Faire face aux nouvelles réalités et difficultés

Le fonds a suscité un intérêt considérable de la part des ONG, des organisations communautaires, des experts en matière de sauvegarde et d’autres acteurs humanitaires réalisant des activités de prévention de l’exploitation, des abus et du harcèlement sexuels. En 2020, le fonds a apporté un soutien financier à 19 ONG (voir la liste complète ici). Ce soutien financier était particulièrement opportun compte tenu de l’impact de la pandémie de COVID-19. Non seulement a-t-elle ravagé les moyens de subsistance dans des situations économiques déjà fragiles, mettant les personnes affectées par les crises humanitaires face à un risque accru d’exploitation et d’abus sexuels, mais la pandémie a également conduit à l’imposition de mesures de confinement qui peuvent rendre plus difficile l’accès des victimes aux mécanismes de signalement des abus. Toutes les données montrent que l’impact et les risques sont exacerbés pour les femmes et les jeunes filles.

 

L'ONG GRID oeuvre auprès des femmes handicapées dans les communautés pour les mettre en contact avec les services de prévention de l'EAS et de soutien à la réponse à l'EAS © UNHCR

En 2021, le fonds a versé une aide financière à 15 ONG (voir la liste complète ici) et reçu un soutien généreux de la part du ministère fédéral allemand des Affaires étrangères. Dans le cadre des projets soutenus par cette initiative, ces ONG ont élaboré des documents d’engagement communautaire adaptés à plus de 20 profils d’âge, de genre et de diversité (AGD) différents, dans une trentaine de langues, et une variété de 40 formats, notamment des imprimés, des vidéos, des ressources audio et des guides de discussion communautaire, entre autres. Ces documents ont été recensés dans une base de données consultable, où ils seront à la libre disposition des membres du CPI et des acteurs de la PEAS qui pourront les utiliser et les adapter le cas échéant. Tous les projets financés au titre de l’année 2021 attachent une attention particulière à l’atténuation des contraintes et des risques liés à la pandémie de COVID-19, notamment ses effets disproportionnés sur les femmes et les jeunes filles. Les projets financés mettaient en avant des initiatives communautaires visant à aider les personnes affectées à jouer un rôle de leader pour renforcer la communication et les normes relatives à la PEAS, et veillant en particulier à ce que les documents de communication à l’intention des communautés répondent aux besoins locaux variés. Par ailleurs, une série de projets s’attache à recueillir les commentaires et les contributions des communautés en vue de renforcer les mécanismes de retour d’information et de réponse, et de veiller à ce qu’ils soient accessibles, fiables, joignables et efficaces.

Un groupe de pilotage interagences composé d’experts de la PEAS examine toutes les candidatures éligibles, accordant la priorité aux propositions développées en consultation avec les réfugiés et les personnes affectées, en particulier les femmes et les jeunes filles, et qui démontrent d’importants efforts visant à maintenir cet engagement pendant toute la durée de vie du projet. Il s’agit notamment de mener des consultations continues et régulières avec les principaux groupes, par exemple les personnes handicapées, les personnes ayant une orientation ou une identité sexuelle minoritaire, les adolescentes et les personnes situées dans des régions isolées, pour veiller à ce que le contenu des campagnes de sensibilisation soit approprié et effectif, et que les canaux de communication choisis répondent aux besoins locaux variés.

Ce groupe d’experts de la PEAS inclut le HCR, l’ICVA, ainsi que des organisations apportant une expertise spécialisée dans le renforcement de la communication avec les communautés, notamment Traducteurs sans frontières et le Réseau Communiquer avec les communautés sinistrées, ainsi que des organisations pionnières en matière de sauvegarde et de mécanismes de plainte communautaires, telles que l’UNICEF, Oxfam, l’OIM, Care International et Filles, pas épouses. Le groupe de pilotage apporte également un soutien technique à tous les projets sélectionnés.

Documents clés et autres ressources