Le HCR appelle à la solidarité et à un soutien accru face à l'augmentation des dangereuses traversées en mer d'Andaman

Official UNHCR horizontal visibility logo in colour

  © HCR

 

Le HCR, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, et les partenaires humanitaires ont constaté une hausse spectaculaire du nombre de personnes tentant des traversées périlleuses en mer d'Andaman cette année.

Quelque 1 920 personnes, principalement des Rohingyas, ont déjà pris la mer de janvier à novembre 2022, depuis le Myanmar et le Bangladesh, contre seulement 287 en 2021, soit une multiplication des traversées par six.

Le HCR souligne le danger que représentent de tels périples, qui exposent les personnes à de graves risques et peuvent parfois se révéler mortels. Malheureusement, 119 personnes ont perdu la vie ou ont été portées disparues au cours de ces traversées, rien que cette année.                                     

Les arrivées les plus récentes ont été enregistrées il y a quinze jours, lorsque plus de 200 personnes ont débarqué de deux embarcations distinctes dans le nord d'Aceh, en Indonésie. Le HCR salue et apprécie les efforts des autorités pour débarquer et accueillir ces personnes en toute sécurité.

Les réfugiés qui ont débarqué en toute sécurité sur la côte indonésienne sont actuellement accueillis dans un ancien bureau d'immigration à Lhokseumawe. Le HCR, en collaboration avec l'OIM et leurs partenaires, est présent et travaille en étroite collaboration avec les autorités locales pour venir en aide aux réfugiés, notamment par le biais de l'enregistrement, en veillant à répondre à leurs besoins essentiels et en s'efforçant de garantir un hébergement décent et sûr pour les deux groupes de réfugiés.

Le HCR a également reçu des informations non vérifiées faisant état d'autres bateaux à la dérive en mer dont les passagers ont urgemment besoin d'être secourus et soignés.

Face à la vulnérabilité et au désespoir croissants qui poussent de plus en plus de réfugiés à entreprendre ces traversées meurtrières, le HCR et ses partenaires humanitaires continuent de souligner la nécessité d'une coopération régionale et internationale accrue pour permettre de sauver des vies et de mieux répartir les responsabilités en termes d'accueil.

L'Indonésie accueille actuellement près de 13 000 réfugiés et demandeurs d'asile, principalement originaires d'Afghanistan, de Somalie et du Myanmar. Elle ne devrait pas être le seul pays à porter secours et à accueillir les personnes qui dérivent en mer.

Il est impératif que les États de la région respectent les engagements pris en 2005 dans le cadre du processus de Bali afin de trouver collectivement des solutions pour ceux qui tentent ces traversées désespérées.

Après le début de la crise en mer d'Andaman et dans le golfe du Bengale il y a sept ans, le processus de Bali a permis d'établir la nécessité d'un dispositif collectif et fiable pour répondre à ce défi régional. Une solution efficace et équitable passe nécessairement par un partage des responsabilités et des interventions concrètes dans toute l'Asie du Sud-Est, afin de garantir que les pays qui permettent le débarquement et la mise en sécurité des personnes en détresse n'aient pas à supporter une charge disproportionnée par la suite.

Les autorités qui participent au processus de Bali doivent se réunir en Indonésie la semaine prochaine pour marquer le 20e anniversaire du mécanisme, avant la tenue d'un sommet ministériel l'année prochaine. Avec la détérioration des conditions de vie et le désespoir croissant qui poussent toujours davantage de personnes à entreprendre ces traversées meurtrières, le HCR, ainsi que ses partenaires humanitaires, insiste sur la nécessité d'une coopération régionale et internationale accrue pour préserver des vies humaines.

 

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter :