Urgence République démocratique du Congo

De nouvelles vagues d'agitation en République démocratique du Congo ont provoqué le déplacement de plus de 4,5 millions de personnes dans les régions du Kasaï, du Tanganyika, de l'Ituri et des Kivus. Des centaines de milliers de réfugiés ont aussi fui vers l'Angola, la Zambie et d'autres pays voisins.

Les personnes fuient leur foyer à un rythme inquiétant, tandis que l'aggravation de la violence détruit des vies et des moyens de subsistance dans l'ensemble du pays.

Faites un don

Plus de 856 043

réfugiés de RDC accueillis dans des pays d'Afrique (au 31 mai 2019)


4,5 millions

de personnes déplacées à l'intérieur de la RDC (OCHA, décembre 2017)


Plus de 537 238

réfugiés et 10 165 demandeurs d'asile en RDC (au 31 mai 2019)


Dernière mise à jour : juillet 2019

La République démocratique du Congo (RDC) constitue l’une des situations humanitaires les plus complexes et les plus difficiles du monde, compte tenu de la multiplicité des conflits qui affectent plusieurs zones de ce vaste territoire.

La fin d’une guerre civile longue et coûteuse avait suscité des espoirs en 2003, mais le pays reste le théâtre d’éruptions sporadiques de violence – en particulier dans l’est du pays. Depuis 2016, de nouvelles violences ont également secoué le Kasaï, une vaste région normalement paisible au centre et au sud du pays.

Actuellement, des milliers de civils luttent pour leur survie.

Bien que de nombreuses personnes soient retournées au Kasaï et dans d’autres régions, elles ont souvent trouvé leurs biens, leurs commerces et leurs écoles en ruines, et des membres de leur famille assassinés. Les violations des droits de l’homme sont toujours massives, incluant notamment des mutilations physiques, des exécutions, des violences sexuelles, des arrestations et des détentions arbitraires dans des conditions inhumaines.

« Des hommes armés ont tué ma femme et trois de nos enfants. Je ne sais pas pourquoi ».

Kadima Kabenge, un mineur ayant fui les attaques dans la province du Kasaï

Tandis que ces conflits ont forcé de nombreux Congolais à fuir leurs foyers, le pays accueille également plus d’un demi-million de réfugiés originaires de pays voisins. De nouveaux réfugiés continuent d’arriver du Burundi, de la République centrafricaine et du Soudan du Sud.

Le risque de déplacements supplémentaires est élevé, car des conflits politiques et ethniques affectent de nombreuses zones. Les besoins de protection sont énormes, en particulier pour les personnes les plus vulnérables, et les défis en termes d’acheminement de l’aide vers les personnes dans le besoin continuent d’augmenter. Il est essentiel de renforcer la santé publique, l’assainissement et l’approvisionnement en eau pour prévenir les maladies.

Que fait le HCR pour aider ?

Le HCR vient en aide aux personnes déplacées à l’intérieur de la RDC, par le biais d’activités destinées à renforcer la protection des personnes vulnérables, notamment des femmes et des enfants.

Nous fournissons également des abris et un soutien monétaire aux plus vulnérables parmi les déplaces et retournés. Nous renforçons les organisations communautaires qui travaillent pour la coexistence pacifique, tout en travaillant vers des solutions au déplacement.

Le HCR coopère aussi avec l’Organisation internationale pour les migrations, pour diriger la coordination et la gestion des sites accueillant les déplacés internes dans le Nord Kivu et le Tanganyika.

Nous assurons protection et assistance aux réfugiés congolais dans les pays voisins, en collaboration avec les autorités et les partenaires, notamment ceux forcés de fuir pendant la dernière vague de violence.

Les réfugiés en provenance de pays comme la République centrafricaine, le Soudan du Sud et le Burundi, qui ont trouvé refuge en RDC, reçoivent aussi un soutien vital et une protection de la part du HCR et ses partenaires. La plupart de ces réfugiés s’installent dans des communautés locales congolaises, et beaucoup peuvent devenir auto-suffisants avec un certain soutien. Le HCR est à la recherche active de solutions durables pour ces réfugiés, notamment à travers des partenariats stratégiques avec le PNUD, le PAM ou la FAO, mais aussi en cherchant à réduire l’impact environnemental, dont la déforestation, dans les endroits où vivent les réfugiés.

Malgré les besoins énormes, le HCR a reçu tout juste un quart des 201 millions de dollars nécessaires pour fournir une assistance et une protection vitales aux réfugiés, déplacés internes et autres personnes vulnérables en RDC. Des soutiens supplémentaires sont nécessaires d’urgence. Merci d’aider maintenant.

Rapports et liens