Urgence Sahel

Le Sahel traverse l'une des crises de déplacement à la croissance la plus rapide au monde, et c'est pourtant l'une des crises les plus ignorées.

Les violences extrêmes et aveugles, perpétrées contre les civils par des groupes armés ont forcé plus de 2,5 millions de personnes à fuir dans l'ensemble de la région, à la fois dans leur propre pays et vers l'étranger. 

Cette situation d'urgence croissante pour l'action humanitaire et la protection est aujourd'hui aggravée par les conséquences de la pandémie de Covid-19 qui se conjuguent aux difficultés pesant déjà sur la région, notamment le changement climatique et l'insécurité alimentaire. 

Plus de 1,7 million

de déplacés internes 


834 428

réfugiés et demandeurs d'asile


650 391

rapatriés ayant encore besoin d'assistance


Statistiques complètes

Dernière mise à jour : 9 juillet 2020

« L'urgence est ici, dans le Sahel, où les gens souffrent, sont massacrés, où les femmes sont violées et où les enfants ne peuvent pas aller à l'école. Il faut que nous intervenions au Sahel avant que cette crise ne devienne ingérable. » 

Filippo Grandi, Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés

Le conflit continue de croître, parallèlement à la pandémie de Covid-19, surtout dans la région du Liptako-Gourma, aux frontières du Burkina Faso, du Mali et du Niger. Au Burkina Faso, on comptait plus de 900 000 déplacés internes à la fin du premier semestre 2020, soit un quadruplement en un an. La situation d'urgence affecte déjà la Mauritanie et le Tchad et menace de déborder jusqu'aux États côtiers : le Bénin, la Côte d'Ivoire, le Ghana et le Togo.

Les femmes et les enfants sont les plus gravement touchés par cette crise. Les communautés locales ont fait preuve d'une remarquable générosité, mais ne peuvent faire davantage. Les dispositifs nationaux sont submergés et l'aide internationale a été allouée de façon disproportionnée à la sécurité, peu de ressources étant consacrées à l'action humanitaire et au développement pourtant grandement nécessaires. 

La pandémie de Covid-19 exacerbe la situation et touche désormais les zones où sont accueillis les réfugiés et les déplacés internes. L'augmentation régulière des taux d'infection laisse présager une urgence sanitaire prochaine dans cette région où les structures de santé ont été touchées par l'insécurité. L'impact socioéconomique aura des conséquences à plus long terme pour la sécurité alimentaire, l'accès aux services essentiels et les moyens d'existence dans l'ensemble de la région, avec des conséquences disproportionnées sur les populations déplacées et les communautés hôtes.

Que fait le HCR pour aider ? 

Le HCR a intensifié sa réponse à la crise en fournissant des abris et des articles de première nécessité, en soutenant les victimes de violences sexuelles et sexistes généralisées ; en favorisant l'accès à l'éducation et en atténuant les effets dévastateurs du changement climatique. Toutefois, le HCR ne peut mener cette action à lui seul et a d'urgence besoin d’environ 186 millions de dollars pour apporter une protection et une assistance vitales aux réfugiés, aux déplacés internes, aux rapatriés et aux communautés qui les accueillent dans le Sahel, sans oublier l'action de prévention et de lutte contre la pandémie de Covid-19.

Pour de plus amples informations :