Plus de 400 000 demandes d'asile ont déjà été déposées par des Vénézuéliens

Une Vénézuélienne et son enfant traversent le pont Simon Bolivar vers Cucuta, en Colombie. Janvier 2019.

Une Vénézuélienne et son enfant traversent le pont Simon Bolivar vers Cucuta, en Colombie. Janvier 2019.   © HCR / Siegfried Modola

En raison de la situation au Venezuela, le nombre de demandes d'asile de citoyens vénézuéliens dans le monde a augmenté de manière exponentielle, a annoncé aujourd'hui le HCR, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés. Depuis 2014, plus de 414 000 demandes d'asile ont été déposées par des Vénézuéliens à travers le monde, dont près de 60 % (248 000), rien qu'en 2018.

Les deux tiers des demandes d'asile des Vénézuéliens ont été enregistrées en Amérique latine. Les autres l’ont été en Amérique du Nord et dans certains pays européens.

Ces statistiques sont fournies par les autorités nationales, qui sont responsables de l'évaluation des demandes d'asile dans tous les pays de la région et de toutes les questions liées à la protection des réfugiés ainsi qu’à l'intégration locale.

Le HCR travaille en étroite collaboration avec les institutions nationales pour améliorer les systèmes d'asile, y compris l'enregistrement et la délivrance de documents d’identité, ainsi qu'avec les organisations de la société civile pour fournir une assistance humanitaire ainsi que promouvoir l'inclusion sociale, culturelle et économique des réfugiés.

Dans le contexte actuel d'augmentation des demandes d'asile présentées par des citoyens vénézuéliens dans les pays voisins, y compris d'anciens membres des forces de sécurité, le HCR réaffirme la nécessité de maintenir le caractère civil et humanitaire de l'asile.

Le nombre de demandes d'asile ne représente qu'une partie de l'exode total des Vénézuéliens, qui est estimé à plus de 3,4 millions de personnes. A part les demandeurs d'asile, les pays d'Amérique latine ont accordé aux Vénézuéliens quelque 1,3 million de permis de séjour et d'autres formes de permis de séjour régulier qui leur permettent d'accéder aux services essentiels, notamment les soins de santé et l'éducation et, dans la plupart des pays, le droit au travail.

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter :