Le nombre de Vénézuéliens ayant quitté leur pays s’élève désormais à 3,4 millions

Le nombre de réfugiés et de migrants en provenance du Venezuela à travers le monde s’élève désormais à 3,4 millions de personnes, ont annoncé, le 22 février 2019, le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, et l’OIM, l’Organisation internationale pour les migrations.

Une ressortissante vénézuélienne porte son enfant alors qu’elle emprunte le pont Simon Bolivar vers la Colombie. Janvier 2019. © HCR/Siegfried Modola

D’après les statistiques des autorités nationales chargées de l’immigration et d’autres sources, les pays d’Amérique latine et des Caraïbes accueillent environ 2,7 millions de Vénézuéliens, les autres régions hébergeant de leur côté le reste des personnes déracinées.

En moyenne, durant l’année 2018, environ 5 000 personnes quittaient chaque jour le Venezuela en quête de protection ou d’une vie meilleure.

La Colombie est le pays qui compte le plus grand nombre de réfugiés et de migrants du Venezuela, avec plus de 1,1 million de personnes. Elle est suivie du Pérou (506 000), du Chili (288 000), de l’Équateur (221 000), de l’Argentine (130 000) et du Brésil (96 000). Le Mexique ainsi que les pays d’Amérique centrale et des Caraïbes accueillent également un nombre important de réfugiés et de migrants du Venezuela.

« Les pays de la région ont fait preuve d’une formidable solidarité à l’égard des réfugiés et des migrants du Venezuela, et ils ont mis en œuvre des solutions innovantes pour leur venir en aide. Mais ces chiffres mettent en évidence la pression qui pèse sur les communautés d’accueil et le besoin permanent de soutien de la part de la communauté internationale, à l’heure où l’attention internationale se tourne sur les développements politiques au Venezuela », a déclaré Eduardo Stein, Représentant spécial conjoint HCR-OIM pour les réfugiés et migrants vénézuéliens.

Les pays d’Amérique latine ont accordé des permis de séjour et autres autorisations formelles à plus de 1,3 million de Vénézuéliens et ils ont renforcé leurs systèmes d’asile afin de traiter un nombre sans précédent de demandes d’asile. Depuis 2014, plus de 390 000 demandes d’asile ont été déposées par des Vénézuéliens, dont plus de 234 000 rien que pour l’année 2018.

Face à ces chiffres croissants, les besoins des réfugiés et des migrants du Venezuela, ainsi que ceux des communautés d’accueil, ne cessent d’augmenter. Les gouvernements de la région ont renforcé leur réponse nationale et coopèrent – dans le cadre du processus de Quito – afin d’améliorer l’aide et la protection apportée aux ressortissants vénézuéliens et de favoriser leur insertion sur le plan juridique, social et économique. La prochaine réunion régionale de ce processus aura lieu à Quito, durant la première semaine du mois d’avril.

Pour appuyer ces efforts, un Plan régional d’aide humanitaire pour les réfugiés et les migrants du Venezuela (RMRP) a été présenté en décembre dernier. Il vise à venir en aide à 2,2 millions de Vénézuéliens et 500 000 personnes dans les communautés d’accueil dans 16 pays. Les deux tiers des demandes d’asile des Vénézuéliens ont été enregistrées en Amérique latine. Les autres l’ont été en Amérique du Nord et dans certains pays européens.

En raison de la situation au Venezuela, le nombre de demandes d’asile de citoyens vénézuéliens dans le monde a augmenté de manière exponentielle, a annoncé, le 8 mars, le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés. Depuis 2014, plus de 414 000 demandes d’asile ont été déposées par des Vénézuéliens à travers le monde, dont près de 60 % (248 000), rien qu’en 2018.

Pour des précisions sur le contexte, veuillez consulter le site web de la Plateforme régionale de coordination interinstitutions: https://r4v.info

Pour de plus amples informations, veuillez svp contacter :