Les personnes déplacées internes

Les personnes déplacées internes forment le plus grand groupe du nombre total de personnes contraintes de fuir. Bien qu’elles fuient généralement pour les mêmes raisons que les réfugiés (conflit armé, violence, violation des droits de l’homme), les personnes déplacées internes restent légalement sous la protection des autorités de leurs pays, même si celles-ci sont parfois coresponsables du fait que ces personnes fuient leur lieu de domicile. Elles ne sont de ce fait, pas protégées par le droit international et sont ainsi très vulnérables. Le HCR veille à ce que ces personnes ne soient pas abandonnées à leur sort. Elles forment le plus grand groupe auquel nous venons en aide. Le HCR joue un rôle moteur en matière de protection des personnes déplacées internes en assurant l’hébergement d’urgence, ainsi que la coordination et la gestion des camps accueillant ces personnes.

Fin 2019, il y avait 45,7 millions de personnes déplacées dans leur propre pays. La plupart des personnes déplacées internes résident en Colombie, en Syrie et en République Démocratique du Congo.