L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés mobilise tous ses efforts pour protéger les réfugiés contre le COVID-19

Le virus COVID-19 a récemment été déclaré comme pandémie par l’OMS, l’Organisation Mondiale de la Santé. Cette terminologie signifie que le virus sévit dans le monde entier, sans distinction. Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, fait tout pour protéger les réfugiés vulnérables dans des zones d’accès parfois difficiles.

Le personnel du HCR emballe des articles de secours qui seront distribués dans les camps de réfugiés en Iran dans le cadre de la réponse COVID-19. © UNHCR/Farha Bhoyroo

L’approche face au coronavirus (COVID-19) doit principalement se concentrer sur la protection des plus faibles d’entre nous. Les personnes forcées de fuir sont plus exposées car elles n’ont souvent pas accès à des soins médicaux adéquats. Avec plus de 70 millions de personnes actuellement en fuite dans le monde, le HCR fait donc tout son possible pour les protéger contre ce virus. Le HCR travaille activement à la prévention de cette épidémie, mais est également prêt à intervenir si le virus atteint les réfugiés.

Nous nous inquiétons

Les conditions de vie dans les camps de réfugiés ne sont pas optimales et certains camps sont très surpeuplés, les personnes âgées étant particulièrement exposées au risque d’infection par le coronavirus. Les produits d’hygiène sont également très rares. Les réfugiés doivent parfois partager un robinet avec plus d’une centaine d’autres, par exemple en Grèce. Il est donc essentiel de renforcer les mesures d’hygiène afin de prévenir la propagation du virus.

Quelques exemples

  • Kenya : dans les camps de réfugiés de Kakuma et de Dadaab, des travaux ont été effectués pour améliorer l’hygiène générale du camp. Par exemple en distribuant du savon, en menant des campagnes d’information et en formant le personnel médical et les autres travailleurs humanitaires.
  • Iran : le gouvernement est assisté via à la distribution de thermomètres, de bouchons, des gants, du savon, des mouchoirs et des sacs poubelles, et ce pour les camps de réfugiés mais aux institutions gouvernementales. Les personnes touchées par le virus ont également accès à une aide psychosociale et juridique.
  • Bangladesh : il existe une coopération étroite avec les partenaires locaux afin que le virus puisse être détecté à un stade précoce. Les réfugiés reçoivent également une formation sur la prévention des infections et les personnes souffrant de symptômes légers sont placées en isolement dans leur foyer.

Il est urgent d’apporter un soutien supplémentaire pour réduire au maximum la taille de ces épidémies et protéger les plus vulnérables. Il est donc très important que le HCR puisse disposer de tous les moyens adéquats pour empêcher la propagation du virus. 

Votre soutien est donc absolument nécessaire. 

Faites un don