5 faits marquants sur les réfugiés et l’hiver

À quoi ressemble la vie d’un réfugié pendant l’hiver ?

L’hiver approche. Pour des millions de réfugiés dans le monde entier, cette période est la plus difficile de l’année. Mais à quoi ressemble la vie d’un réfugié pendant l’hiver ? Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, vous présente 5 faits marquants. 

1. Cet hiver, de nombreux réfugiés seront encore plus vulnérables 

Un grand nombre de réfugiés loue unpropriété ou partage une avec d’autres personnes. Ces logements sont généralement mal isolés et insuffisamment entretenusDe plus, de nombreux réfugiés n’ont pas assez d’argent pour payer le loyer, souvent très élevé par rapport à leurs revenus ; ce qui les rend vulnérables aux abus des propriétaires.

2. Les économies des réfugiés, s’ils en avaient, sont maintenant épuisées

La guerre civile en Syrie dure depuis maintenant presque dix ans. Avant d’être forcés de fuir leur pays, de nombreux réfugiés étaient déjà en difficulté financière. Aujourd’hui, ils ont également des difficultés à trouver du travail dans leur pays d’accueil.

3. Il fait très froid au Moyen-Orient

Beaucoup de gens imaginent qu’un désert est éternellement chaud et sec. En réalité, c’est tout le contraire. Dans une grande partie de la Syrie, du Liban, de la Jordanie et de l’Irak, les températures peuvent chuter fortement en hiver. Dans la nuit, les températures tombent souvent en-dessous de zéro. Sans protection, le froid peut mettre la vie des réfugiés en danger. Certaines régions, comme le nord du Liban, sont même régulièrement frappées par de violents blizzards et des pluies torrentielles, ce qui entraîne des inondations. Celles-ci sèment la destruction sur leur passagecomme l’a déjà vécu Shakibaune réfugiée syrienne.

4. La pauvreté rend l’hiver si difficile

Près d’un million de réfugiés syriens au Liban vivent endessous du seuil de pauvretéTous les jours, ils doivent survivre avec moins de 2,5 euros par personne. Il est donc pratiquement impossible dse procurer de la nourriture, des médicaments et un logement décent. Noura et sa famille, par exemple, n’en ont pas les moyens.

Covid-19 UNHCR

5. A cause du Covid-19, le besoin de protection est encore plus grand cette année

Comme en Belgique, plusieurs pays qui sont le lieu d’accueil des réfugiés ont pris des mesures de lutte contre le coronavirus. En conséquence, de nombreux réfugiés ont perdu leur emploi, poussant leurs familles dans une pauvreté encore plus extrême. Pireles conflits violents n’ont, eux, pas cessé dans diverses régions, comme le nord-ouest de la Syrie. Ces guerres causent une énorme insécurité et une peur permanente, forçant des familles de fuir leurs maisons. Elles sont jetées dehors, dans la rue et le froid.